Appliqué sur de longues durées, le régime ordi – boîte de conserve nuit à certaines fonctions vitales. Comme la capacité à planter la tente et griller le dîner au feu de bois. Conscients de cette dure réalité, les klaquettes ont anticipé : deux semaines avant l’arrivée de Christelle et Doudou, elles ont fait un stage d’application en milieu broussard kanak forestier à tendance montagneuse de la Côte Est.

Direction, la fête de la miam-darine, à Canala. Mais quand même, fallait pas brusquer nos habitudes. Alors on a choisi un camping avec eau chaude. Pas sur place, hein, mais à quelques centaines de mètres du spot tenu par Jimmy, excellent hôte, il y a les sources de La Crouen.

blog_can_sources_3

Ce qui reste de la vieille station thermale frappe le regard un peu avant d’arriver à la tribu.

blog_can_sources_1

Jour et nuit, des gens de toute la région passent la façade pour se laver au chaud ou faire le linge dans les bassins encore alimentés, sous une brume qui ferait pâlir de rage le photographe le plus averti. 

blog_can_sources_2

Nous on aime bien l’eau, alors on a été trainer dans les eaux saumatres à salées de la baie de Canala. En passant avec la plate, on a dit bonjour aux Trois frères. Bon, ils ont rabougri au fil des années. Faut dire que les Américains ont eu la bonne idée de s’entraîner au tir dessus pendant la wor’wor’tou. 

blog_can_3_freres

On a même taquiné les minéraliers à la plage de Saint-Paul, en contrebas de Gélima.

blog_can_st_paul

On aime l’eau, mais le bleu-vert, ça lasse à force. Heureusement que y a des mines comme Boakaine pour mettre des couleurs dans la mer et transformer les plages de sable noir en vase rougeâtre.

blog_can_boakaine

blog_can_boakaine_2

Après on était fin prêts à montrer les vraies beautés de la Calédonie à nos zamis.

Fan avec photo Fab chien galeux parti en Frônce